Conception, création, performance : Claudine Simon ; Scénographie, performance : Rudy Decelière ; Dispositif sonore : Laurent Sassi, Ingénieur son : en cours, Oreille extérieure : Alain Savouret ; Regard espace : Pau Simon ; Lumières : Guilaine Rigolet ; Luthier piano : Thomas Garcin ; Dispositif électromagnétique : Collectif Sonopopée ; Régie plateau et générale : Pierre-Henri Lesprele

Projet lauréat de l’appel « Mondes Nouveaux » du Ministère de la Culture, soutenu par le GMEM-CNCM Marseille, l’Espace Malraux Scène Nationale Chambéry Savoie, la Scène Nationale d’Orléans, l’Opéra underground Lyon, le Centre de Création Why Not Dijon.

 

 

Au début il y a un lieu, un espace et au centre un objet sur lequel je souhaite travailler, un piano.

J’essaie d’en comprendre, d’en saisir à la fois tout ce qui s’y voit : l’espace, la lumière, les volumes, les couleurs… Et, dans le même mouvement, ce qui ne se voit pas : l’histoire, les souvenirs enfouis, la charge symbolique, et ce qui ne s’entend pas : les cliquetis des mécanismes, l’atmosphère du lieu, les souffles, les commentaires intérieurs.

Dans ce lieu saisi dans sa complexité, je viens inscrire mon corps, qui par sa gestuelle inhabituelle et la production de sons « sous » entendus manifeste l’im-pensé de la relation. Cette insertion vise à la fois à faire du lieu un espace plastique/visuel/sonore et à en travailler la mémoire, en révéler, perturber, exacerber la symbolique.

Cette démarche naît d’un besoin de déconstruire les représentations et les idéologies, culturelles ou autres, associées à l’instrument. C’est une sorte d’esprit premier qui la guide. Le sentiment, l’onirique, les « processus primaires » dirait Freud, se projettent et d’une certaine façon « hallucinent ». Les rapports de l’imaginaire, du ressenti, la danse possible entre les deux déterminent les façons d’agencer les corps, humains et mécaniques. Cette création va dévoiler, en le donnant à vivre au spectateur comme expérience sensible, le mode de relation privilégié que je souhaite entretenir avec le piano.

 

© rudy decelière