Anatomia

Conception, création, performance : Claudine Simon ; Scénographie, performance : Rudy Decelière ; Ingénieur son : Laurent Sassi, Yoann Sanson ; Regard espace : Pau Simon ; Lumières : Guislaine Rigolet ; Luthier piano : Thomas Garcin ; Régie plateau et générale : Théo Vacheron

Création – Festival Musica Strasbourg, septembre 2023

Auris Production ⌊ les productions de l’oreille ⌉

Projet lauréat de « Mondes Nouveaux », appel à manifestation d’intérêt à l’attention des artistes et créateurs, financé par la DGCA – Ministère de la Culture

Co-production : Why Note ici l’onde Dijon ; Espace Malraux Scène Nationale Chambéry

Soutien et accueil en résidence : GMEM-CNCM Marseille, Why Note ici l’onde Dijon, Espace Malraux Scène Nationale Chambéry, Scène Nationale d’Orléans, Opéra underground, Pianos Baruth.

 

Anatomia est une performance sonore et visuelle qui réunit deux interprètes au plateau, une pianiste et un plasticien. Ce projet se veut être un regard nouveau sur le piano. Il interroge sa lutherie en établissant un lien entre son histoire et son possible devenir.

La performance commence comme un récital avec l’interprétation d’une pièce romantique. Puis dans une lente dérive, l’œuvre va subir des altérations. Les capteurs microphoniques placés à l’intérieur de l’instrument vont révéler des aspérités, amplifier, focaliser, grossir les détails du son. Une brèche s’ouvre vers le monde du « sonore » dans une exploration concrète de l’instrument. L’œuvre originelle se défait, la perception s’aiguise, l’écoute change de nature pour aller au plus proche de la source sonore.

L’instrument se désintègre lui aussi, son corps est ouvert, disséqué, ré-agencé puis exposé dans l’espace. Les sons bruiteux de la destruction : choc, grincement, frottement… sont valorisés, musicalisés et se donnent à lire comme une tentative de langage.

Enfin, l’ajout de nouveaux organes greffés sur son corps suspendu viendra exciter l’instrument, le rendre à la vie. Il s’agira alors d’épouser ce nouveau corps, sa panse éviscérée, de se dissoudre dans l’instrument jouant seul. Le public pourra entrer, déambuler dans cet espace scénographique et vibratoire.

 © Rudy Decelière